Tag Archives: Trekking

Ella’s Rock

23 Juil

Après une semaine de farniente, on reprend notre chemin en direction des montagnes. Nous sommes désormais à la recherche d’un peu de fraîcheur.

Le propriétaire de notre guesthouse nous donne quelques indications pour aller randonner jusqu’au Ella’s Rock. Pour y accéder, on commence par longer la voie ferrée sur 2,5km, nous ne sommes pas très rassurés à l’idée de croiser un train dans un virage. Et ça ne manquera pas mais heureusement quelques locaux qui empruntent les voies de chemin de fer comme route tous les jours, nous mettent en garde juste avant son arrivée. Puis, on continue notre ascension à travers quelques théiers à l’abandon et une forêt d’Eucalyptus. Une fois arrivés en haut, le panorama est splendide, une belle vue sur les montagnes environnantes et Ella en contrebas.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Volcan Kawah Ijen

15 Juin

Nous retrouvons notre « crazy driver » de la veille, en montant dans le minibus, il nous fait un petit clin d’œil en murmurant « slowly slowly » et nous revoilà parti pour 5/6h de minibus sur routes cabossées.

17h : Arrivés dans un hôtel à coté une plantation de café. Cette fois-ci, on occultera la visite de la plantation de café, la énième… Nous préférons aller nous balader dans le village en dessous. Dès les premiers pas sur la route, les enfants viennent nous voir, nous prennent en photo et nous échangeons quelques phrases avec eux. Ils parlent plutôt bien anglais pour leur âge. Les gens sont toujours aussi souriants et accueillants.

Nous ne revenons pas trop tard de la balade, nous souhaitons nous coucher pas trop tard. Les 5h de sommeil de la nuit précédente sont partis loin et une petite ascension de 3 km nous attend demain matin de bonne heure.

5h : Petit déj’ et départ pour le Kawah Ijen (2400m, cratère vert en javanais). Il abrite un lac acide réputé pour être le plus acide de la planète.

6h : Début de l’ascension. Dès les premiers mètres, quelques mineurs  dialoguent avec  nous, ils parlent plutôt bien anglais, eux aussi, ils nous disent qu’ils l’ont appris avec les touristes. Nous sommes au-dessus des nuages et il fait encore frais, d’ailleurs, ils n’arrêtent pas de nous répéter qu’ils ont froid, leurs mains sont glacées. Le long du chemin, nous en apprenons un peu plus sur leur métier, ils font 2 aller-retour/ jour avec 70 kg sur les épaules et sont payés 1000 IDR le kilo (0,08€) sans préciser que le chemin est plus qu’escarpé lorsqu’il s’agit de descendre et/ou remonter du cratère.  Par chance, ils arrivent à arrondir leurs fins de mois avec les touristes en leur vendant des statues de soufre.

Une fois arrivés au refuge, ils nous font porter leurs paniers de 70 kg, impossible de les soulever…  Ils sont haut comme 3 pommes, aussi gros que des crevettes et ils arrivent à porter ces paniers toute la journée et avec le sourire s’il vous plaît! Ils sont incroyables. Nous leur offrons des coca-cola, puis, nous continuons l’ascension avec eux. Et surtout la partie la plus difficile, la descente dans le cratère où ils vont récolter le souffre. A priori, il est interdit de descendre dans le cratère mais on verra la pancarte qu’à notre retour. Oups !!! Il nous met en garde sur le terrain glissant, je confirme, encore quelques frayeurs à plusieurs reprises… et un petite glissage sur les fesses pour ma part. Une fois arrivés au fond du cratère près du lac acide à la couleur bleu azur, nous nous faisons parfois prendre par les fumées, c’est irrespirable. Nous ne restons pas très longtemps et remontons tranquillement le cratère.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Taman Negara

2 Juin

Après une journée de bus, nous arrivons en fin de journée à Kuala Tahan, une petite ville à l’entrée sud du parc du Taman Negara, la plus vieille jungle du monde : 130 millions d’années. C’est la pleine saison, peu de logements sont disponibles, nous partageons un dortoir avec Carlos, un mexicain vivant en France en vacances quelques semaines en  Malaisie.

A la tombée de la nuit, on ne manque pas de se faire dévorer par les moustiques. Quelques minutes plus tard, un orage éclate, il pleut désormais à verse…  (ça nous rassure pas trop pour notre trek demain). Nous allons tout de même dîner sur un des restaurants flottants de la rivière Tembeling. Nous nous mouillons les pieds en empruntant la petite passerelle à moitié sous l’eau, puis on s’installe à une table avec Carlos. Depuis le restaurant, on observe les allers et venues des bateaux transportant les passagers d’une rive à l’autre pour quelques ringgits.

Le lendemain matin, nous faisons le plein de calories au stand du coin en ville, au menu : roti banane/chocolat et bœuf/riz dans une feuille de banane. Seb fait quelques provisions, on ne sait jamais si on se perdait dans la forêt… 😉 Puis, en route ! Nous traversons la rivière, nous nous enregistrons auprès du parc et c’est parti pour 5h de marche dans la jungle!

On emprunte une petite passerelle sur 2 km jusqu’au Canopy Park (Ponts suspendus dans la jungle – qu’on ne fera pas), puis continuons notre chemin  jusqu’au sommet Bujit Teresik. Ça monte pas mal et le terrain est un peu glissant. Une heure plus tard, nous sommes au sommet et une belle vue sur le parc s’offre à nous. Nous continuons à nous enfoncer dans la jungle jusqu’au Tabin hide (sorte de petite planque où on peut s’abriter la nuit pour observer les animaux). Le terrain est plus humide, je ne manque pas de tomber à deux reprises dans la boue avec mes supers baskets qui n’ont plus d’adhérence (Eh oui, j’ai eu la super idée, de renvoyer mais chaussures de randonnée pour avoir un sac plus léger !) Les sangsues font leur apparition, elles nous assaillent, elles se fixent à nos chaussures et tentent à tout prix de se fixer à notre peau même à travers nos chaussettes. Difficile de s’arrêter  quelques secondes, elles arrivent à nous repérer  à une dizaine de centimètres. Nous tentons de ne pas trop regarder nos pieds, on verra bien en rentrant. Contrairement aux mecs, mon pied pisse le sang, j’en brule quelques-unes au briquet. On ne sent rien, ce n’est pas dangereux mais c’est vraiment dégueulasse !

La végétation est dense, on entend un fourmillement permanent et quelques oiseaux chantent mais impossible de les voir. Les animaux sont bien cachés, les seuls visibles sont les insectes ! Les plus présents : les fourmis. On en a le droit à toutes les tailles, les plus grosses faisant jusqu’à 1,5 cm. Nous n’aurons pas eu la chance de croiser de mille-pattes géants (10 à 15 cm).

Une fois arrivé au 2nd hide, nous faisons demi-tour, un panneau nous indique qu’il faut mieux être accompagné d’un guide au-delà de cette limite, plus vraiment de chemin et à vrai dire, on commence à être fatigués. Retour à l’hôtel et direction la douche, on pue la jungle !

Le lendemain, nous descendons la Tembeling River en bateau. Nous sommes tous assis au fond de la pirogue et regardons la jungle défiler jusqu’au Jetty et prendre notre bus pour Cameron Highlands.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Trek à Chiang Mai

30 Mar

Le lendemain, il est temps pour nous de faire le trekking (2 jours) que nous avons réservé la vieille à seulement 35€/par pax. Après tout ce que nous avons entendu sur les treks dans la région (souvent décevants), nous n’avons pas d’attentes particulières. Nous savons d’ores et déjà que nous serons une quinzaine de touristes sur les sentiers.

Nous commençons par une mini chute d’eau, puis une randonnée de 3h en plein cagnard (pfff…) On arrivera au village complétement déshydratés en fin d’après-midi. Depuis notre maison sur pilotis, la vue est superbe malgré les feux qui se propagent sur les montagnes (culture sur brulis). On fait connaissance avec le groupe autour du feu et quelques bières. Les enfants de village nous rejoignent après le diner et nous chantent quelques chansons traditionnelles avant de nous sauter dessus et de nous demander de les prendre en photo avec nous. Nous passons la nuit en dortoir sous moustiquaires, le lit n’est pas très confortable (une planche de bois avec un pseudo matelas en mousse) mais ce n’est pour qu’une nuit. Le lendemain, nous rentrons en direction de Chiang Mai, sur le passage, nous nous arrêtons à une cascade où j’en profite pour me baigner (Seb & Julie n’auront pas le courage, un peu trop fraîche ;)). Puis, nous faisons une petite heure de rafting et bamboo rafting sur la rivière. Enfin, nous ferons notre dernier arrêt à l’éléphant camp pour un ride d’une heure.  On s’assoira directement sur la tête de l’éléphant. Un peu flippant lorsque le terrain est dénivelé.

Au final, nous sommes agréablement surpris par le tour : pas trop de touristes sur les sentiers et un bon contact avec les populations locales. On s’attendait vraiment à pire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

The Western wilderness, Tasmanie

18 Fév

Nous redescendons maintenant vers le sud de l’île en passant par les parcs nationaux. Un arrêt au Lake Saint Clair, le plus célèbre parc national de Tasmanie. Malheureusement, nous n’avons pas le temps de faire de la randonnée, on fera seulement une balade au bord du lac.

Un second arrêt au Mount Field National Park, visite de cascades et balades en forêt.

Avant d’arrivée à Hobart, nous passons l’après-midi à Richmond : festival écossais.

Lady Baron Falls

Lady Baron Falls

Liffey Falls

Liffey Falls

Liffey Falls

Liffey Falls

Sentier, Liffey Falls

Sentier, Liffey Falls

Liffey Falls

Liffey Falls

Tall Trees, Mount Field National Park

Tall Trees, Mount Field National Park

Beaucoup trop de bêtes écrasées sur la route... :(

Beaucoup trop de bêtes écrasées sur la route… 😦

Echidné

Echidné

Lake Saint Clair

Lake Saint Clair

Richmond

Richmond

Richmond

Richmond

Richmond

Richmond

The Golden Bay : Abel Tasman

17 Jan

Sur les conseils de Neil A. (Encore un bon conseil), nous avons fait une halte au Parc National Abel Tasman.

Accessible par des taxis boat, Kayak ou treks de plusieurs jours. Ce parc est juste magnifique avec ses eaux turquoise et plages de sable blanc.

Sur une journée, nous avons opté pour une balade en mer en bateau et trek de 3h dans le parc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tongariro Alpine Crossing

10 Jan

Tongariro National Park, un des parcs les plus célèbres de Nouvelle Zélande pour ses volcans en activité. Possibilité de faire plusieurs randonnées, nous ferons la plus connue, la Tongariro Alpine Crossing, 19,4 km de marche autour de trois volcans actifs (Tongariro, Ngauruhoe et Ruapehu). Crée en 1887, ce parc est classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Nous arrivons à 9h à l’entrée du parc, déjà bien tard et une foule de touristes… (65 000 visiteurs par an). Une vraie autoroute… dommage ça perd un peu de son charme, nous sommes à la queleuleu sur les montées.

Mais on savoure, nous avons beaucoup de chance aujourd’hui, 1ère journée où il fait vraiment beau. Certaines personnes à l’auberge de jeunesse attendaient depuis 3 jours, le trek étant fermé à cause d intemperies.

Le temps manquant, nous ne ferons pas l’ascension du Volcan Ngauruhoe*. Il n’y a parcs de sentier balisé pour monter, nous sortons les jumelles pour observer les quelques courageux. Chacun semble faire comme il peut. Et en effet, après discussion avec certains d’entre eux,  l’ascension était assez éprouvante enfin moins que la descente. Finalement facile de monter mais plus difficile de descendre…

Nous accélérons le pas au retour (jusqu’à courrir) pour prendre le bus de 15h et peut-être pour filer sur une autre ville. Le temps compte en 3 semaines 😉

* Plus connu par les cinéphiles sous le nom de « Montagne du Destin », le fameux volcan où Froddon jette l’anneau à la fin de la Trilogie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.