Tag Archives: Parcs Nationaux

Safari dans le Parc National de Minneriya

7 Juil

Arrivés à  Polonnaruwa,  2ème capitale du Sri Lanka après la destruction d’Anuradhapura en 993. Possibilité de visiter l’ancien royaume mais une fois de plus le prix du billet nous freine…  (25$ par personne). On fera l’impasse. Dommage…

Par contre, on se laissera tenter par un safari dans le Parc National de Minneriya où on a pu observer une centaine d’éléphants sauvages en fin d’après-midi près d’un lac. Grandiose !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Road trip en scooter à Bali

25 Juin

Plusieurs rencontres nous ont donné envie de faire un roadtrip en scooter.Nous laissons donc nos gros backpacks à l’hôtel et partons avec nos petits sacs à dos sur le dos pour 5 jours.

1er jour :

A quelques kilomètres d’Ubud, nous allons nous perdre dans les terrasses de riz en empruntant des petits chemins uniquement accessibles à moto et à pied.

Nous nous arrêtons ensuite à Pura Tirta Empul près de Tampaksiring, un temple construit en 926. Il abrite des bains alimentés par une source sacrée. Beaucoup de balinais viennent se baigner ici pour demander une guérison.

Puis 2 km plus loin, à côté de Gunung Kawi, nous allons visiter le Rocky Temple. 10 sanctuaires (ou ‘’candi’’  en indonésien) de 7 m de haut creusés directement dans la roche en contrebas d’une vallée. Pour rejoindre ce temple, nous descendons230 marches au milieu de marchands de souvenirs et de rizières avant d’atteindre une arche en pierre où coule paisiblement une petite rivière. Les monuments et non les tombeaux royaux ont été construits à la mémoire des rois défunts et à ses épouses. L’endroit est assez joli et paisible.

Nous enfourchons à nouveau le scooter, et direction cette fois-ci, du volcan Gunung Batur. Nous empruntons à nouveau les routes secondaires histoire d’échapper à la circulation même si celle-ci s’est raréfiée sur les grands axes. La route y menant est parfois un peu détruite mais rien comparé à Kuta Lombok. La vue est superbe malgré que celui-ci soit un peu embrumé. Depuis là-haut, on voit bien les dernières coulées de lave. Nous profitons de l’après-midi pour descendre dans la caldera et longer le lac. Il est possible de monter le volcan au petit matin pour le lever du soleil mais la vue de notre chambre nous suffira cette fois-ci.

2ème jour

En route pour le temple Besakih. Ce temple posé sur le flanc du Mont Agung, représente le plus important et le plus vieux temple de Bali (XIVème et XVIIème siècle). La journée commence bien car nous nous faisons contrôler au bout de 10 km par la police. Nous serons chanceux, cela sera seulement un contrôle de papiers. Apparemment, ils demandent parfois (voir souvent) un petit billet de 50 000 ou 100 000 IDR (soit 5 ou 10 €) même si tout est en règle…

On décide de pousser notre virée en scooter jusqu’à Amed, un petit village authentique sur la côte au nord-est de Bali où il fait bon vivre. La région est calme et les touristes paraissent être moins présents. A vrai dire, on n’a pas vraiment compris pourquoi… car Amed est un véritable havre de paix.

Même si c’est une plage de galets et de sable noir, les fonds marins sont justes exceptionnels ! A seulement 10 mètres du bord avec masque et tuba, on côtoie une multitude d’espèces de poissons et de coraux de toutes les couleurs. On se serait bien laissé tenter par une plongée sur l’épave du cargo américain ‘’US Liberty Ship’’ torpillé par les Japonais en 1942 mais ce sera pour une prochaine fois.

Vers 16h, nous allons voir un combat de coqs près de la plage. L’ambiance est à 100% masculine. Ça parie dans tous les sens, on ne comprend pas très bien les règles mais on se prend bien au jeu.

C’est à Amed où on se posera dans le meilleur hôtel qu’on n’ait jamais eu de notre séjour en Indonésie, Le Rising Star, un petit hôtel pour petit budget avec piscine face à la mer. Du rêve !!!

On serait bien restés un peu plus longtemps à Amed, histoire de davantage découvrir la côte et les autres villages aux alentours mais nous avons encore quelques kilomètres à parcourir avant de rejoindre Lovina, notre prochain stop.

3ème jour :

Nous enfourchons à nouveau le scooter et partons cette fois-ci en direction de Lovina, situé au nord-ouest de l’ile de Bali. Nous voilà partis pour 100km! Le chemin est long et nous avons un peu mal aux fesses. La route longeant la côte est un peu décevante, nous enchaînons petit village sur petit village sans apercevoir la mer. Nous déchantons encore plus lorsque nous arrivons dans les bouchons autour de Lovina. On vient de se rendre compte que nous avons quitté un paisible petit village pour une ville hyper busy… Nous sortons finalement de Lovina pour nous poser à l’extrémité de la ville dans un hôtel Indo-Allemand face à la mer.

Au coucher du soleil, Seb va jouer au volley et au football avec les enfants sur la plage. Je n’aurai jamais vu Seb faire autant de sport durant notre voyage :p

Programme de la soirée : bière, Schnitzel, musique traditionnelle bavaroise et discussion avec un retraité bavarois.

Nous repartirons le lendemain matin sans aller voir les dauphins au large, ni plonger dans le parc nation de Menjangan. On ne peut pas tout faire dans un voyage, il faut en garder pour le 2ème 😉

4ème jour

A quelques km de Lovina, nous nous arrêtons aux thermes de Banjar mais sans nous baigner, les bassins sont chauds mais sans plus et aucune envie de sentir le souffre toute la journée.

Nous nous enfonçons maintenant dans les terres, direction Mundunk, un charmant petit village sur les hauteurs où on peut voir la côte par temps clair (Merci à Seb et Aurélia L.). La région est aussi très connue pour son café Luwak (le café le plus cher au monde), celui que des petites civettes ingurgitent et défèquent après… On testera ! 5€ le café (15€ les 100gr) Beaucoup plus cher en Europe. Son goût ? Assez amer mais aussi super bon ! Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas bu un café si bon en Asie.

5ème jour

Dernière journée à vagabonder sur l’île de Bali. Il est temps pour nous continuer à monter dans les montagnes… Le scooter chauffe un peu au passage. Une fois arrivés là-haut, on tombe nez à nez avec de grands lacs. On s’arrête quelques minutes pour admirer le panorama, puis on repart en direction de Bedugul visiter le Pura Bedugul (Ulun Danu), un temple sur les rives du lac Batran, celui-ci est considéré comme le plus beau temple de Bali. Ce temple est dédié à la déesse des eaux (Meru à 11 toits) ainsi qu’à la déesse du riz (Méru à 3 toits).

Puis, notre dernier et tant attendu arrêt, les terrasses de riz à Jatiluwih qui devraient bientôt être classées par l’UNESCO (enfin selon les ont-dit). Nous avons profité une dernière fois de rouler entre les rizières et surtout de cette sensation de liberté enivrante que procure la balade en 2 roues. Plus de 400 km en 4 j et pas d’accident…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Volcan Kawah Ijen

15 Juin

Nous retrouvons notre « crazy driver » de la veille, en montant dans le minibus, il nous fait un petit clin d’œil en murmurant « slowly slowly » et nous revoilà parti pour 5/6h de minibus sur routes cabossées.

17h : Arrivés dans un hôtel à coté une plantation de café. Cette fois-ci, on occultera la visite de la plantation de café, la énième… Nous préférons aller nous balader dans le village en dessous. Dès les premiers pas sur la route, les enfants viennent nous voir, nous prennent en photo et nous échangeons quelques phrases avec eux. Ils parlent plutôt bien anglais pour leur âge. Les gens sont toujours aussi souriants et accueillants.

Nous ne revenons pas trop tard de la balade, nous souhaitons nous coucher pas trop tard. Les 5h de sommeil de la nuit précédente sont partis loin et une petite ascension de 3 km nous attend demain matin de bonne heure.

5h : Petit déj’ et départ pour le Kawah Ijen (2400m, cratère vert en javanais). Il abrite un lac acide réputé pour être le plus acide de la planète.

6h : Début de l’ascension. Dès les premiers mètres, quelques mineurs  dialoguent avec  nous, ils parlent plutôt bien anglais, eux aussi, ils nous disent qu’ils l’ont appris avec les touristes. Nous sommes au-dessus des nuages et il fait encore frais, d’ailleurs, ils n’arrêtent pas de nous répéter qu’ils ont froid, leurs mains sont glacées. Le long du chemin, nous en apprenons un peu plus sur leur métier, ils font 2 aller-retour/ jour avec 70 kg sur les épaules et sont payés 1000 IDR le kilo (0,08€) sans préciser que le chemin est plus qu’escarpé lorsqu’il s’agit de descendre et/ou remonter du cratère.  Par chance, ils arrivent à arrondir leurs fins de mois avec les touristes en leur vendant des statues de soufre.

Une fois arrivés au refuge, ils nous font porter leurs paniers de 70 kg, impossible de les soulever…  Ils sont haut comme 3 pommes, aussi gros que des crevettes et ils arrivent à porter ces paniers toute la journée et avec le sourire s’il vous plaît! Ils sont incroyables. Nous leur offrons des coca-cola, puis, nous continuons l’ascension avec eux. Et surtout la partie la plus difficile, la descente dans le cratère où ils vont récolter le souffre. A priori, il est interdit de descendre dans le cratère mais on verra la pancarte qu’à notre retour. Oups !!! Il nous met en garde sur le terrain glissant, je confirme, encore quelques frayeurs à plusieurs reprises… et un petite glissage sur les fesses pour ma part. Une fois arrivés au fond du cratère près du lac acide à la couleur bleu azur, nous nous faisons parfois prendre par les fumées, c’est irrespirable. Nous ne restons pas très longtemps et remontons tranquillement le cratère.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Volcan Bromo

14 Juin

Une fois arrivés à Probolinggo (étape intermédiaire), on nous propose un package : bus + hébergement + jeep  jusqu’au Mont Penanjakan (vue sur le Bromo (2329 mètres) au lever du soleil). Nous nous méfions toujours des packages tout inclus, nous décidons de le faire par nous-même (On le regrettera par la suite). Nous empruntons un nouveau mini bus jusqu’à Cemoro Lawang, le voyage n’en finit plus même si nous ne roulons qu’une heure, nous enchainons virage sur virage, l’altitude se fait ressentir, l’air est de plus en plus frais. Arrivés là-haut, il fait super froid ! Peut-être 5°C, on tente de se trouver un hôtel mais les prix sont déraisonnables, nous nous rabattons sur un logement chez l’habitant, c’est un peu (voir très) « crado » et surtout il fait super froid, nous aurons du mal à fermer l’œil…

On essaie de négocier comme des forcenés avec un couple d’Allemands pour notre jeep le lendemain matin à 4h pour l’ascension en jeep du Mont Penanjakan. Difficile de négocier ici au bout du monde, ils ont un peu le monopole…  On dine dans un des seuls warungs (restaurant local) ouvert, c’est Nasi Goreng pour tout le monde, le plat national et bon marché. (Plus de riz pour nous quand on rentre en France J en tout cas pendant un moment)

22h : Au lit. Il fait un froid glacial dans la chambre malgré nos habits et draps de soie, heureusement, la nuit est courte, nous nous levons à 3h15.

4h45 : Arrivés sur le site. La jeep nous dépose à l’entrée du point de vue. Nous sommes surpris par le nombre de voitures déjà présentes et surtout celles qui nous suivent derrière. Les indonésiens n’ont pas perdu le sens du commerce, de nombreux stands de café, souvenirs sont déjà ouverts…  Il y a aussi doudounes pour 1€, je fais ma rebelle quelques minutes puis cède…

Nous prenons place à l’endroit aménager pour les touristes, le jour se lève, le ciel commence à virer de couleur progressivement, le spectacle est magnifique. Puis, les premiers rayons du soleil viennent éclairer les volcans. On découvre au fur et à mesure le panorama, une plaine désertique aux allures de steppes lunaires et le fameux Bromo. C’est juste MAGNIFIQUE !

6h30 : On se retrouve tous à la jeep et redescendons le chemin par lequel nous sommes montés jusque dans la plaine des volcans. Quelques locaux, nous attendent avec des chevaux. Je me laisse tenter par un petit galop jusqu’aux escaliers menant jusqu’au cratère du Bromo. Seb fait le chemin à pied.

Après avoir gravi rapidement les 250 marches tout en mangeant de la poussière, nous sommes face au cratère (800 mètres de diamètres et 200 mètres de profondeur), on aperçoit quelques fumerolles dans le bas fond. C’est assez impressionnant. Quelques vendeurs Indonésiens sont là, ils tentent de nous vendre mais sans insistance quelques bouquets de fleurs séchées, des offrandes. Le cratère du Bromo est considéré comme une divinité (les habitants sont hindouistes et non musulmans à cet endroit de Java).

8h : Nous revenons au village le temps d’une douche et de récupérer le bus qui nous ramène à Probolinggo. Cette fois-ci, on découvre le paysage de jour.  C’est très joli ((Du moins au début…Je m’endors au bout de 20 min).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Taman Negara

2 Juin

Après une journée de bus, nous arrivons en fin de journée à Kuala Tahan, une petite ville à l’entrée sud du parc du Taman Negara, la plus vieille jungle du monde : 130 millions d’années. C’est la pleine saison, peu de logements sont disponibles, nous partageons un dortoir avec Carlos, un mexicain vivant en France en vacances quelques semaines en  Malaisie.

A la tombée de la nuit, on ne manque pas de se faire dévorer par les moustiques. Quelques minutes plus tard, un orage éclate, il pleut désormais à verse…  (ça nous rassure pas trop pour notre trek demain). Nous allons tout de même dîner sur un des restaurants flottants de la rivière Tembeling. Nous nous mouillons les pieds en empruntant la petite passerelle à moitié sous l’eau, puis on s’installe à une table avec Carlos. Depuis le restaurant, on observe les allers et venues des bateaux transportant les passagers d’une rive à l’autre pour quelques ringgits.

Le lendemain matin, nous faisons le plein de calories au stand du coin en ville, au menu : roti banane/chocolat et bœuf/riz dans une feuille de banane. Seb fait quelques provisions, on ne sait jamais si on se perdait dans la forêt… 😉 Puis, en route ! Nous traversons la rivière, nous nous enregistrons auprès du parc et c’est parti pour 5h de marche dans la jungle!

On emprunte une petite passerelle sur 2 km jusqu’au Canopy Park (Ponts suspendus dans la jungle – qu’on ne fera pas), puis continuons notre chemin  jusqu’au sommet Bujit Teresik. Ça monte pas mal et le terrain est un peu glissant. Une heure plus tard, nous sommes au sommet et une belle vue sur le parc s’offre à nous. Nous continuons à nous enfoncer dans la jungle jusqu’au Tabin hide (sorte de petite planque où on peut s’abriter la nuit pour observer les animaux). Le terrain est plus humide, je ne manque pas de tomber à deux reprises dans la boue avec mes supers baskets qui n’ont plus d’adhérence (Eh oui, j’ai eu la super idée, de renvoyer mais chaussures de randonnée pour avoir un sac plus léger !) Les sangsues font leur apparition, elles nous assaillent, elles se fixent à nos chaussures et tentent à tout prix de se fixer à notre peau même à travers nos chaussettes. Difficile de s’arrêter  quelques secondes, elles arrivent à nous repérer  à une dizaine de centimètres. Nous tentons de ne pas trop regarder nos pieds, on verra bien en rentrant. Contrairement aux mecs, mon pied pisse le sang, j’en brule quelques-unes au briquet. On ne sent rien, ce n’est pas dangereux mais c’est vraiment dégueulasse !

La végétation est dense, on entend un fourmillement permanent et quelques oiseaux chantent mais impossible de les voir. Les animaux sont bien cachés, les seuls visibles sont les insectes ! Les plus présents : les fourmis. On en a le droit à toutes les tailles, les plus grosses faisant jusqu’à 1,5 cm. Nous n’aurons pas eu la chance de croiser de mille-pattes géants (10 à 15 cm).

Une fois arrivé au 2nd hide, nous faisons demi-tour, un panneau nous indique qu’il faut mieux être accompagné d’un guide au-delà de cette limite, plus vraiment de chemin et à vrai dire, on commence à être fatigués. Retour à l’hôtel et direction la douche, on pue la jungle !

Le lendemain, nous descendons la Tembeling River en bateau. Nous sommes tous assis au fond de la pirogue et regardons la jungle défiler jusqu’au Jetty et prendre notre bus pour Cameron Highlands.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chiloé

25 Déc

Nous reprenons un petit ferry pour arriver à l’île de Chiloé. Petite île très connue pour ses églises en bois et tôles… Elle récense environ 200 églises dont 15 au Patrimoine Mondiale de l’UNESCO. On se pose 2/3 jours dans une charmante hospedaje avec vue sur la mer.

Castro

Notre hotel sur les hauteurs

Eglise de Castro

Les palafitos

Un petit saut au Parc National de Chiloé.

Parc National de Chiloé

Attention aux tsunamis!! Un peu effrayant au début...

Nous décidons de bouger un peu, nous nous rendons à Achao sur le l’ile de Quinchao où se situe la plus vieille église de l’ile.

Eglise d'Achao

Maison typique à Achao

Sur le retour, nous faisons un étape à Delcahué et déjeunons là. Nous testerons de drôles de coquillages : machas, conchas, etc… (les antennes des petites bêtes me coupent un peu l’appétit).

Quelques coquillages

Port de Delcahué

Delcahué

Sur la place de Delcahué

Torres Del Paine, le W

12 Déc

Nous quittons l’Argentine et passons du côté de la Patagonie Chilienne. Nous arrivons à Puerto Natales, la porte d’entrée du Parc Torres del Paine. Possibilité de faire deux treks : El Grande Circuito (8 jours de randonnée) et El Circuito W (4 jours).

Nous optons pour le W ce qui nous permet de faire les lieux incontournables comme le glacier Grey, la vallée del Frances et la vallée del Torre. Puis, 4 jours de marche pour des non sportifs, c’est déjà pas mal !!! (6 à 8 heures de marche par jour soit au total 76.1 km parcourus).

Torres del Paine

Entrée du parc national

Nous passons en mode camping. Pas question de dormir dans les refuges ! (Enfin, ç’était pas le choix de Seb qui aurait préféré le confort des refuges… :/ ). Bref, des paysages magnifiques et un temps de fou ! Limite un peu chaud parfois, marcher plusieurs heures en plein cagnard avec 12 kg chacun sur le dos, c’est fatiguant.

Quelques randonneurs avec nous...

Montage de la tente. Qui s'y colle...? 😉

En route pour la 1ère vallée. Direction el glaciar Grey

El glaciar Grey

2ème jour, direction vallée Francès

Vallée Francès

Une grosse frayeur, le 2ème jour au point que nous avons pensé faire demi-tour. Au bout de 5h de marche, j’ai une terrible contracture… Impossible de descendre la vallée, c’est dommage quand on est en haut…:/  Limite obligée de redescendre à reculons. (Pas pratique et ça prend du temps !!!!) Heureusement avec le Voltarène et peu de repos la nuit, la douleur s’est estompée. Mais bon, cette blessure s’est quand même réveillée tous les jours…

Vallée del Torre

Miammm! Riz & ketchup au petit dej'!

Las Torres

Finalement, nous l’avons quand même fait ! (Merci Neil pour le conseil ;))