Tag Archives: Glaciers

Milford Sounds

22 Jan

Sur la route de Milford Sounds, nous nous arrêtons de nombreuses fois, le paysage est une fois de plus magnifique.  La route longe d’abord le lac de Te Anau, puis s’enfonce dans une fôret d’hêtres australs entrecoupée de grandes prairies de red Tussocks. Nous faisons une halte au Mirror Lake, le paysage se reflète dans ces petits lacs.
Avant d’emprunter le tunnel Homer, nous nous arrêtons quelques instants au pied des glaciers. Nous faisons la rencontre du kea, perroquet alpin espiègle et chapardeur. Il n’hésite pas à s’approcher des voitures à l’arrêt. Cette petite bête est aussi considérée comme l’un des animaux les plus intelligents sur terre.
Nous nous réveillons à Milford Sounds sous le soleil, nous sommes ravis, le temps parfait pour notre croisière dans les fjords jusqu’à la mer de Tasman (16 km). Une superbe visibilité faisant bien apparaître le Mitre Peak (1695m). Une fois n’est pas coutume pour nous en NZ, la chance est avec nous car il pleut normalement ici 200 jours par an. Nous découvrons une épaisse forêt pluviale tempérée couvrant les pentes abruptes des fjords. Côtes déchiquetées, falaises, cascades, fjords, lacs : ces paysages escarpés ont été modelés par les glaciations successives.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Skydive à Fox Glacier

20 Jan

Au petit matin, le temps est plus clément, le soleil tente de faire des percées. Au petit déjeuner, nous discutons de notre planning de la journée. Nous hésitons toujours sur le tour en hélicoptère… Ce n’est quand même pas donné. Puis, nous vient l’idée d’un skydive en tandem… Seb a déjà fait de la chute libre plus jeune mais pas moi. C’est peut-être l’occasion. Nous décidons d’aller à Fox Glacier village, le jumeau de celui de Franz Joseph, tant par sa taille que par ses activités proposées. Une fois là-bas, nous allons faire un tour au SkyDive NZ Fox Glacier. Puis au bout de quelques minutes, c’est décidé, j’y vais ! Le personnel est vraiment sympathique et te mets bien en confiance. Il t’explique rapidement deux ou trois positions. Et c’est parti ! Je quitte Seb sur le tarmac, il me rejoindra à l’arrivée.

Je monte à bord d’un petit avion avec un anglais, les deux moniteurs, et deux photographes. Nous survolons les deux glaciers et apercevons le Mont Cook. Et une fois arrivés à 12 000 pieds, il est temps de se préparer. La porte de l’avion s’ouvre (Étrangement, la peur ne se fait pas ressentir, même plutôt impatiente 🙂 ), je suis assise sur le bord quelques secondes avant que le moniteur s’assoit lui aussi à son tour, maintenant je suis dans le vide. C’est impressionnant ! Et hop ! Même pas le temps de réfléchir, c’est parti. Je ne vous cache pas que j’ai crié les premières secondes ! La sensation est exceptionnelle maintenant, je peux comprendre que certains d’entre vous soient accros ;). Mais ça passe tellement vite 45 secondes de chute libre. La parachute s’ouvre ensuite, et là c’est de la balade. On observe le paysage qui est lui à couper le souffle d’un côté les montagnes, les forêts et de l’autre la mer de Tasman. Une super expérience.
Gauthier M. et Fabrice R. J’espère remettre çà avec vous la prochaine fois à Montélimar 😉

Après toutes ces émotions, nous continuons notre route vers le lac Wanaka. Une nouvelle fois il ne faut pas oublier de faire le plein d’essence. Prochaine pompe à 150km.

Nous empruntons donc une des plus belles routes de l’île du Sud suivant deux vallées glaciaires. Nous laissons derrière nous les grandes forêts humides. Tout au long de la route, des balades sont bien signalisées. Nous faisons des arrêts à quelques-unes d’entre elles (tant que ça ne dépasse pas 45 min, la pluie est toujours présente) dont les Blue Pools (piscines naturelles aux eaux turquoise) et Fanta Falls.

Une fois arrivés à Wanaka, nous souhaitons aller au Mont Aspiring National Park le lendemain mais la ville est barrée à cause du triathlon annuel « Challenge Wanaka », puis le brouillard et la pluie sont à nouveau présents et le temps presse si nous souhaitons faire tous ce que nous avons prévu. Nous décidons donc de nous diriger vers Queenstown, « la capitale mondiale de l’aventure ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La côte Ouest

18 Jan

Depuis le parc Abel Tasman, nous nous dirigeons ensuite vers le sud-ouest de l’île où la pluviosité y est une des plus élevées de la planète (8300mm par an soit plus de 8 m). Seb est ravi (lui qui adore la pluie ;))

Cette région est un peu plus hostile, peu de personnes y habitent. Quelques panneaux de signalisation vous rappellent de ne pas oublier de faire le plein d’essence avant de vous aventurer sur cette route.

Nous commençons donc notre route en empruntant une longue nationale qui longe une bonne partie de la Buller River, une des plus grandes rivières sans barrage de l’île du Sud. Le paysage est très joli, les eaux sont transparentes et de multiples gorges s’enchaînent.

Une fois arrivés à Westport, nous faisons un arrêt au Cape Foulwind (Cap du vent furieux), pointe rocheuse habitée toute l’année par une colonie d’otaries à fourrure. Nous suivons le trackway mais difficile de bien les discerner, quelques-unes sont là posées sur la roche.

Arrêt à Pancakes rocks, falaises sculptées par la mer (strates de calcaire superposées). Nous sommes à marée basse quand nous faisons la promenade. Les vagues s’engouffrent dans les cavernes mais l’écume ne rejaillit pas des trous souffleurs comme il se devrait en marée haute.

Nous passons la nuit à Greymouth, la plus grande ville de la côte-ouest. Dès le lendemain, nous reprenons la voiture en direction des deux glaciers : Franz Joseph et Fox Glaciers.
Un des rares endroits au monde avec l’Argentine (Perito Moreno) où deux glaciers descendent si bas (moins de 300m).

Nous arrivons sous la pluie à Franz Glacier. Impossible de s’envoler en hélicoptère à la découverte de ces merveilles. Nous nous posons donc à l’hôtel en attendant que la pluie cesse. Selon les prévisions météorologiques, il semblerait que le soleil reviendrait peut être le lendemain. On prend le risque de rester après discussion. Seb voulant toujours tracer plus au Sud pour échapper à la pluie et trouver un brin de ciel bleu et de soleil.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Torres Del Paine, le W

12 Déc

Nous quittons l’Argentine et passons du côté de la Patagonie Chilienne. Nous arrivons à Puerto Natales, la porte d’entrée du Parc Torres del Paine. Possibilité de faire deux treks : El Grande Circuito (8 jours de randonnée) et El Circuito W (4 jours).

Nous optons pour le W ce qui nous permet de faire les lieux incontournables comme le glacier Grey, la vallée del Frances et la vallée del Torre. Puis, 4 jours de marche pour des non sportifs, c’est déjà pas mal !!! (6 à 8 heures de marche par jour soit au total 76.1 km parcourus).

Torres del Paine

Entrée du parc national

Nous passons en mode camping. Pas question de dormir dans les refuges ! (Enfin, ç’était pas le choix de Seb qui aurait préféré le confort des refuges… :/ ). Bref, des paysages magnifiques et un temps de fou ! Limite un peu chaud parfois, marcher plusieurs heures en plein cagnard avec 12 kg chacun sur le dos, c’est fatiguant.

Quelques randonneurs avec nous...

Montage de la tente. Qui s'y colle...? 😉

En route pour la 1ère vallée. Direction el glaciar Grey

El glaciar Grey

2ème jour, direction vallée Francès

Vallée Francès

Une grosse frayeur, le 2ème jour au point que nous avons pensé faire demi-tour. Au bout de 5h de marche, j’ai une terrible contracture… Impossible de descendre la vallée, c’est dommage quand on est en haut…:/  Limite obligée de redescendre à reculons. (Pas pratique et ça prend du temps !!!!) Heureusement avec le Voltarène et peu de repos la nuit, la douleur s’est estompée. Mais bon, cette blessure s’est quand même réveillée tous les jours…

Vallée del Torre

Miammm! Riz & ketchup au petit dej'!

Las Torres

Finalement, nous l’avons quand même fait ! (Merci Neil pour le conseil ;))

Ushuaïa, el fin del mundo

9 Déc

L’arrivée à Ushuaïa est plus qu’attendue :  20 h de bus et 4h d’attente pour passer les frontières Argentine – Chili et Chili – Argentine.

Détroit de Magellan

Nous avons beaucoup d’à priori sur la ville Ushuaïa, nous avons croisé beaucoup de voyageurs nous avertissant que la ville n’est pas jolie, beaucoup de touristes, etc… Eh bien, nous ne sommes pas tout à fait d’accord. C’est vrai que l’architecture est déstructurée mais ça donne son charme.

A Ushuaïa, nous sommes très agréablement surpris par la gentillesse des gens qui y habitent. Le 1er hôtel que nous rencontrons est complet mais n’hésite pas à appeler 5 autres hôtels eux aussi complets avant finalement de trouver de la place dans le 6ème. Peu de logements vacants en forte saison, mieux vaut réserver en avance (ce qu’on ne fait jamais, ça nous jouera des tours un jour…).

Le 2ème jour, en rentrant d’une balade au Glaciar Martial, à seulement 7 km de la ville, plusieurs argentins nous proposent de nous ramener en ville. Ne voyant pas notre navette arriver à 20h30 comme prévu (ça, c’est génial, on profite au maximum des journées, il fait nuit très tard – vers 23h) nous acceptons finalement de rentrer avec Mario et sa fille Luna. Nous sympathisons très vite, et en plus de nous raccompagner, ils nous invitent à diner chez eux dès le soir même. Le courant passe tellement bien qu’ils nous invitent en famille au Parc National de Tierra del Fuego. Vraiment une famille adorable, le cœur sur la main.

Mario, Myriam, Luna et Olivia

Ushuaïa depuis le Glaciar Martial

Traversée du canal de Beagle.

Le phare des éclaireurs

Parc National Tierra Del Fuego

Parc National Tierra del Fuego

El Fitz Roy

6 Déc

A 3 heures de Calafate, nous allons en direction d’El Chalten dans la zone nord du parc national de Los Glaciares. C’est près de cette que se situe le cerro Fitz Roy. Possibilité de faire de nombreuses randonnées et à l’inverse des autres  parcs nationaux argentins, il est gratuit 😉

Nous avons beaucoup de chance, le ciel est dégagé et déjà de très loin sur la route, nous apercevons le Fitz Roy. Juste grandiose !

El Fitz Roy

La région est très connue pour son changement de climat radical. Ça ne rate pas car dès le lendemain, nous avons un vent à décorner les bœufs…  Nous sommes emportés par les rafales de vent dans le village. Impossible de faire le trek du Fitz Roy, cela nous semble un peu trop dangereux.  A l’hôtel, on nous indique un autre trek, celui de la Laguna Torre (22 km aller-retour) qui est lui moins venté. Ça tombe bien ! Mais le temps change au bout de 2h30, il pleut ! Nous arrivons complètement trempés à la Laguna Torre et  nous sommes dans le brouillard… Dommage.

Laguna Torre

Une superbe journée nous attend le lendemain. Parfait pour notre randonnée de la Laguna de los Tres (celle du Fitz Roy). En route de bonne heure, 25 km nous attendent ! Ça va, les jambes ne sont pas trop lourdes de la veille. Nous marchons d’un bon pas. Notre objectif : rentrer avant 18h pour le retour en bus à Calafate. Et un autre bus à 3h du mat’ pour Ushuaïa. La journée est intense et la nuit est courte. 😦

En route vers le Fitz Roy, la vallée

La dernière ascension est un peu plus dure, ça monte sec la dernière heure… Arrivés à la Laguna de los Tres c’est juste magnifique !

Pas besoin d’emmener d’eau avec nous, on la prend à la source 😉

P

Au retour, nous avons la chance d’apercevoir quelques condors voler au-dessus de nos têtes.

El Chalten

El glaciar Perito Moreno

4 Déc

Après un nouveau petit 20h de bus… (Eh oui, on les enchaine…), nous arrivons à Calafate où nous réservons notre excursion pour le fameux glacier Perito Moreno, un des plus grands glaciers d’Argentine et un des seuls qui continue son avancée dans les eaux (jusqu’à 2 mètres par jour). Il est assez impressionnant à regarder, il mesure 30 km de long, 5 km de front et plus de 60 m de haut.

On s’émerveille devant les blocs de glace qui se détachent régulièrement de son front pour former des icebergs sur le lac. Les craquements de la glace sont comparables à des grondements de tonnerre.