Tag Archives: En selle

Anuradhapura

9 Juil

Petite balade à Mihintale (à une dizaine de km d’Anuradhapura),  où aurait eu lieu la fameuse rencontre entre le roi de Lanka et des émissaires bouddhistes qui auraient importé le bouddhisme dans l’île (IIIème siècle avant J-C.). Le site serait né de la commémoration de cette rencontre et on y aurait fondé le plus ancien stûpa de l’île.

Le lendemain, on se loue des vélos pour visiter la cité sacrée d’Anuradhapura créée autour de «l’arbre de l’illumination», le «figuier» de Bouddha dont la bouture aurait été rapportée d’Inde par le fondateur d’un ordre bouddhiste, Sanghamitta. La capitale politique et religieuse fut abandonnée après une invasion en 993 après J.-C. Celle-ci a longtemps été cachée par une épaisse jungle.

On commence donc la visite par l’arbre sacré, le Sri Maha Bodhi. Puis, les ruines du Palais de Bronze où ils ne restent que les colonnes de cette immense palais. On se dirige ensuite vers la Dagoba de Ruwanweliseya. Un magnifique dagoba blanc cerné d’un mur où figurent des centaines d’éléphants serrés les uns contre les autres. On reprend ensuite les bicyclettes et direction le sud de la ville, le temps de visiter Isurumuni, un petit temple troglodyte qui abrite quelques sculptures datant du IIIe siècle av. J.-C. La sculpture la plus populaire est celle  des « Amants», qui représente le Prince Saliya, fils du grand roi Dutugamunu, et sa maîtresse, Asokamala. Par amour, il a renoncé au trône pour l’épouser, elle appartenait à une caste inférieure. On longe ensuite le réservoir et tentons  maintenant de rejoindre le cœur de la citadelle en essayant de passer à travers les différents postes de garde. Etant donné que le site est très étendu, il est assez facile de passer à travers les mailles du filet et de ne pas avoir à payer les 25$ par tête. On passe donc devant le Dagoba de Thuparama, le plus vieux du Sri Lanka. Il aurait été érigé pour contenir la clavicule droite de Bouddha. On continue de se balader au milieu de ruines, certaines n’en valent pas vraiment la peine, ils ne restent que les fondations, c’est dommage. Un peu plus loin, on se fera courser par une pseudo garde, mais on continuera notre trajet sans s’arrêter (oui, c’est moche !) C’est aussi en demandant notre chemin pour revenir en ville que nous nous ferons quasi contrôler. On leur expliquera que nous nous sommes perdus…

Et enfin on passera par le gigantesque Dagoba Jetavanarama. Autrefois, il devait atteindre plus de 100 mètres mais n’en mesure plus que 80 m aujourd’hui. Lors de son édification au IIIème siècle avt. JC., il s’agissait du troisième plus haut monument au monde, après les deux principales pyramides d’Égypte.

Voilà une bonne journée passée sous un soleil torride.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Volcan Bromo

14 Juin

Une fois arrivés à Probolinggo (étape intermédiaire), on nous propose un package : bus + hébergement + jeep  jusqu’au Mont Penanjakan (vue sur le Bromo (2329 mètres) au lever du soleil). Nous nous méfions toujours des packages tout inclus, nous décidons de le faire par nous-même (On le regrettera par la suite). Nous empruntons un nouveau mini bus jusqu’à Cemoro Lawang, le voyage n’en finit plus même si nous ne roulons qu’une heure, nous enchainons virage sur virage, l’altitude se fait ressentir, l’air est de plus en plus frais. Arrivés là-haut, il fait super froid ! Peut-être 5°C, on tente de se trouver un hôtel mais les prix sont déraisonnables, nous nous rabattons sur un logement chez l’habitant, c’est un peu (voir très) « crado » et surtout il fait super froid, nous aurons du mal à fermer l’œil…

On essaie de négocier comme des forcenés avec un couple d’Allemands pour notre jeep le lendemain matin à 4h pour l’ascension en jeep du Mont Penanjakan. Difficile de négocier ici au bout du monde, ils ont un peu le monopole…  On dine dans un des seuls warungs (restaurant local) ouvert, c’est Nasi Goreng pour tout le monde, le plat national et bon marché. (Plus de riz pour nous quand on rentre en France J en tout cas pendant un moment)

22h : Au lit. Il fait un froid glacial dans la chambre malgré nos habits et draps de soie, heureusement, la nuit est courte, nous nous levons à 3h15.

4h45 : Arrivés sur le site. La jeep nous dépose à l’entrée du point de vue. Nous sommes surpris par le nombre de voitures déjà présentes et surtout celles qui nous suivent derrière. Les indonésiens n’ont pas perdu le sens du commerce, de nombreux stands de café, souvenirs sont déjà ouverts…  Il y a aussi doudounes pour 1€, je fais ma rebelle quelques minutes puis cède…

Nous prenons place à l’endroit aménager pour les touristes, le jour se lève, le ciel commence à virer de couleur progressivement, le spectacle est magnifique. Puis, les premiers rayons du soleil viennent éclairer les volcans. On découvre au fur et à mesure le panorama, une plaine désertique aux allures de steppes lunaires et le fameux Bromo. C’est juste MAGNIFIQUE !

6h30 : On se retrouve tous à la jeep et redescendons le chemin par lequel nous sommes montés jusque dans la plaine des volcans. Quelques locaux, nous attendent avec des chevaux. Je me laisse tenter par un petit galop jusqu’aux escaliers menant jusqu’au cratère du Bromo. Seb fait le chemin à pied.

Après avoir gravi rapidement les 250 marches tout en mangeant de la poussière, nous sommes face au cratère (800 mètres de diamètres et 200 mètres de profondeur), on aperçoit quelques fumerolles dans le bas fond. C’est assez impressionnant. Quelques vendeurs Indonésiens sont là, ils tentent de nous vendre mais sans insistance quelques bouquets de fleurs séchées, des offrandes. Le cratère du Bromo est considéré comme une divinité (les habitants sont hindouistes et non musulmans à cet endroit de Java).

8h : Nous revenons au village le temps d’une douche et de récupérer le bus qui nous ramène à Probolinggo. Cette fois-ci, on découvre le paysage de jour.  C’est très joli ((Du moins au début…Je m’endors au bout de 20 min).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Salta et les environs

19 Nov

A Salta, nous nous posons un peu 3/4 jours, le temps de rayonner la ville et les environs.

Salta, c’est aussi notre 1ère sortie avec des argentins! RDV à une asado dans un soit disant dans un nouveau prochain hotel… Le bide! Le  taxi aura mis 45 min à trouver l’adresse (10 km de Salta), et une fois arrivés à minuit, l’asado était terminé… Un super accueil nous a tout de même été réservé, on rallume le BBQ, on sort les bouteilles de vin et ça danse! Un peu plus tard dans la semaine, on fera également une parillada dans une pena (l’attraction touristique) où là nous nous enfilerons 1/2 kg de viande (Eh oui, les argentins n’hésitent pas sur les quantités!).

Iglesia San Francisco

Plaza 9 de Julio

Après l’ascension de 1070 marches, vue de Salta du cerro Bernardo

Quebrada de las Conchas

Après une centaine de km depuis Salta, nous arrivons dans la Quebrada de las Conchas (ou de Cafayate). Un paysage grandiose s’offre à nous tout le long de la route :  des montagnes aux différentes nuances d’ocre et de rouge, des formes curieuses.

Gargantua del diablo

El amfiteatro

Balade à cheval

Sur les conseils d’Elisabeth & Benoît (Merci à vous ;)), un petit tour au Sayta Ranch s’est imposé ! Cet endroit assez magique, on se sent à la maison et surtout, on respire l’Argentine. Un pure moment de bonheur : chevaux, asado (barbecue) et du bon vin.  La remontée à cheval est un peu difficile après manger…

San Pedro de Attacama

14 Nov

Nous sommes heureux de revenir à la civilisation : le Chili! Eh oui, l’altitude et le froid fatiguent… Nous retrouvons la chaleur et les douches chaudes!!!! Le pied! Nous resterons à San Pedro 4 jours, le temps de se dorer un peu la pilule! Nous en profitons quand même pour visiter les environs à vélo. Eh hop, un peu plus 70 km dans le désert jusqu’à la Laguna Cejar puis Pukara. On s’arrêtera là pour le vélo… Nous ferons la vallée de mort et la Lune via une agence, le lendemain.

Église de San Pedro de Attacama

Rue San Pedro de Attacama

Balade en vélo

En route vers la Laguna Cejar

Laguna Cejar (Lagune de sel)

Vue depuis Pukara de Quitor

San Pedro de Attacama

La vallée de la mort

La vallée de lune

Au fond, le volcan Licancabur, frontière entre le Chili et la Bolivie

Coucher de soleil, vallée de la lune

Tupiza ou le  » Far West  » bolivien

6 Nov

Apres Sucre, nous arrivons a Tupiza.

Notre point de départ pour le Salar de Uyuni (4 jours) mais avant de partir, une longue balade à cheval símpose pour decouvrir les environs.

Plaza de 10 noviembre

Vue panoramique sur Tupiza

La rando à cheval dans les vallées et canyons.

Puerto del diablo

La Route de la Mort & les Youngas

28 Oct

Nous voilà en selle pour la route la plus dangereuse au monde, El camino de la muerte… 150 morts par an! Enfin avant qu’ils ne construisent la nouvelle route rejoignant La Paz à Coroico. La route de la mort aujourd’hui, c’est 3500m de dénivelé (de 4700m à 1200m), 3h de descente à vélo !

En 3h, nous sommes passés d’un paysage désertique à  la forêt tropicale. La première partie, une route goudronnée qui nous permet de prendre en main nos VTT. Puis au bout de 20km, la route se transforme en chemin de terre assez étroit. D’un coté, la montagne de l’autre, le ravin! Règle de conduite, on roule à gauche coté ravin, il faut éviter les bus et voitures que l’on peut croiser sur le chemin! :/

On traverse des paysages magnifiques, ambiance tropicale garantie avec cascades et végétation dense.

Depuis la cumbre

Un peu de repos bien mérité à Coroico!

Coroico