Farniente à Arugam Bay

16 Juil

Direction Kalkuda, décrit par le Lonely Planet comme le genre de plage paradisiaque qui donne envie de jeter son billet retour. On y reste finalement moins d’une heure. On s’attendait à trouver de charmantes guesthouses sur la plage mais pas vraiment. Pas mal d’hôtels ont apparemment été rasés lors de la guerre civile et le tsunami a dû emporter le reste. C’est bien dommage, nous nous serions bien posés dans cette belle baie déserte. Un peu déçus, nous décidons de prolonger notre route jusqu’à Arugam Bay, à seulement 100 km plus sud mais le trajet n’en finit plus… Comme d’habitude, nous nous arrêtons de nombreuses fois pour prendre des passagers sur le bord de route et le bus est bondé. Épuisés, nous arrivons à la tombée de la nuit.

Arugam Bay c’est une jolie plage en forme de croissant de lune très connue pour être un excellent spot de surf au Sri Lanka. Et en effet soit il y a beaucoup trop de surfeurs soit les vagues sont vraiment trop grosses pour nous. Tellement que nous ne sommes pas tentés de reprendre la planche de surf pour continuer notre apprentissage de Kuta. On fera rapidement du bodyboard mais sans plus.

On reste quasi une semaine-là. Le temps de se reposer, jouer dans les vagues, bronzer et mettre un peu à jour le blog (pour une fois, Internet fonctionne correctement).

Sur la fin de la semaine, on se bouge tout de même un peu et on se loue un scooter pour découvrir les environs. On commence par Wiskey Point, un autre spot pour les surfeurs, et en effet, à part eux, il n’y a pas grand monde. La plage est sublime : une côte sauvage avec de beaux rouleaux. Puis, nous allons jusqu’à Okanda, dernier village avant l’entrée de la réserve de Yala. Sur notre chemin, on croise de  nombreux pèlerins. Ils traversent le Sri Lanka à pied pour le pèlerinage de Padra Yatra à Kataragama, une ville un peu plus au sud après le Parc National de Yala. Nous les admirons…

On ne croisera pas d’éléphants sauvages sur notre route, nous sommes un peu déçus même si en croiser un nous faisait un peu flipper étant donné qu’ils peuvent charger… Dans la région, les locaux les craignent vraiment au point où les villages sont encerclés de clôtures électriques de 2m50 (Un peu à la Jurassik Park ;))

A défaut d’avoir vu des éléphants, on cherche le crocodile lake. Ce n’est pas vraiment un lac mais plutôt un petit cours d’eau où on peut observer quelques crocodiles d’environ 2m ou un peu plus. Il n’y en a pas beaucoup mais ça nous suffit amplement. Pas très rassurés avec la nuit qui tombe, nous rentrons.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Trincomalee

13 Juil

Direction la région de Trincomalee, la capitale de la Province de l’Est.

Nous sommes désormais au cœur de la culture tamoule et où ont lieu malheureusement les terribles massacres lors de la guerre civile qui ont opposé pendant près de 26 ans, l’armée sri-lankaise aux séparatistes tamouls, les Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE) qui combattaient pour un Etat tamoul indépendant. Lors de notre passage, rien ne laisse présager qu’il y a eu la guerre ces dernières années à part la forte présence de militaires.

Nous nous posons à Uppuveli, à 6/7 km de Trincomalee, une charmante petite plage bordée de quelques cocotiers et hôtels sur la plage. C’est tranquille. Les touristes commencent à affluer à cette saison, les hôtels sont souvent complets. Nous nous posons donc dans les terres, rien de paradisiaque mais ça nous conviendra pour 3 jours. Le tourisme semble se développer à nouveau dans la région après la guerre et le tsunami de 2004. Ce dernier est à peine visible, on peut entrapercevoir quelques maisons détruites et abandonnées… Nous n’osons pas trop en parler avec les locaux car nous savons que beaucoup d’entre eux ont perdu des proches…

Nous ferons un petit tour à Nilaveli, une autre plage à 7/8 km d’Uppuveli. Selon, le Lonley Planet, cela serait la plage la plus paradisiaque du pays. Nous allons donc voir par nous-même. Déception…  Celle-ci ressemble fortement à Uppuveli et est bordée par une base militaire…

Le dimanche, on fera un petit tour à un temple indou entre Uppuveli et Navali et à Trincomalee.

On s’arrête d’abord, au temple hindou de Pathiracali Ambal, dédié à Shakti, la « déesse Mère ». Par chance, nous avons la chance d’assister à un mariage tamoul. Les mariés sont splendides et charmants. Ils nous font des petits signes pour qu’on vienne personnellement les prendre en photo.

Nous nous baladons dans le Fort Frederick, un vieux fort hollandais situé sur une péninsule à l’Est au Nord du centre-ville. Il y a encore une présence militaire mais celui-ci est libre d’accès. De nombreux pèlerins y passent pour accéder au temple hindou de Koneswaram, un des plus vénérés du Sri Lanka surplombant la mer au bout de la péninsule.

Nous apercevons de nombreux petits berceaux  et drapeaux accrochés dans les arbres surplombant la mer, ils sembleraient qu’ils soient installés par des femmes ayant des problèmes de fécondité. Puis certains hommes brisent des noix de coco : leurs vœux seront réalisés si celles-ci sont cassées en une seule fois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Anuradhapura

9 Juil

Petite balade à Mihintale (à une dizaine de km d’Anuradhapura),  où aurait eu lieu la fameuse rencontre entre le roi de Lanka et des émissaires bouddhistes qui auraient importé le bouddhisme dans l’île (IIIème siècle avant J-C.). Le site serait né de la commémoration de cette rencontre et on y aurait fondé le plus ancien stûpa de l’île.

Le lendemain, on se loue des vélos pour visiter la cité sacrée d’Anuradhapura créée autour de «l’arbre de l’illumination», le «figuier» de Bouddha dont la bouture aurait été rapportée d’Inde par le fondateur d’un ordre bouddhiste, Sanghamitta. La capitale politique et religieuse fut abandonnée après une invasion en 993 après J.-C. Celle-ci a longtemps été cachée par une épaisse jungle.

On commence donc la visite par l’arbre sacré, le Sri Maha Bodhi. Puis, les ruines du Palais de Bronze où ils ne restent que les colonnes de cette immense palais. On se dirige ensuite vers la Dagoba de Ruwanweliseya. Un magnifique dagoba blanc cerné d’un mur où figurent des centaines d’éléphants serrés les uns contre les autres. On reprend ensuite les bicyclettes et direction le sud de la ville, le temps de visiter Isurumuni, un petit temple troglodyte qui abrite quelques sculptures datant du IIIe siècle av. J.-C. La sculpture la plus populaire est celle  des « Amants», qui représente le Prince Saliya, fils du grand roi Dutugamunu, et sa maîtresse, Asokamala. Par amour, il a renoncé au trône pour l’épouser, elle appartenait à une caste inférieure. On longe ensuite le réservoir et tentons  maintenant de rejoindre le cœur de la citadelle en essayant de passer à travers les différents postes de garde. Etant donné que le site est très étendu, il est assez facile de passer à travers les mailles du filet et de ne pas avoir à payer les 25$ par tête. On passe donc devant le Dagoba de Thuparama, le plus vieux du Sri Lanka. Il aurait été érigé pour contenir la clavicule droite de Bouddha. On continue de se balader au milieu de ruines, certaines n’en valent pas vraiment la peine, ils ne restent que les fondations, c’est dommage. Un peu plus loin, on se fera courser par une pseudo garde, mais on continuera notre trajet sans s’arrêter (oui, c’est moche !) C’est aussi en demandant notre chemin pour revenir en ville que nous nous ferons quasi contrôler. On leur expliquera que nous nous sommes perdus…

Et enfin on passera par le gigantesque Dagoba Jetavanarama. Autrefois, il devait atteindre plus de 100 mètres mais n’en mesure plus que 80 m aujourd’hui. Lors de son édification au IIIème siècle avt. JC., il s’agissait du troisième plus haut monument au monde, après les deux principales pyramides d’Égypte.

Voilà une bonne journée passée sous un soleil torride.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Safari dans le Parc National de Minneriya

7 Juil

Arrivés à  Polonnaruwa,  2ème capitale du Sri Lanka après la destruction d’Anuradhapura en 993. Possibilité de visiter l’ancien royaume mais une fois de plus le prix du billet nous freine…  (25$ par personne). On fera l’impasse. Dommage…

Par contre, on se laissera tenter par un safari dans le Parc National de Minneriya où on a pu observer une centaine d’éléphants sauvages en fin d’après-midi près d’un lac. Grandiose !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dambulla & Sigiriya

6 Juil

Nous partons en direction de Dambulla, étape intermédiaire de quelques heures (le temps de visiter les temples troglodytes) avant de rejoindre Sigiriya, le fameux « Rocher du Lion ».

Voyager à bord des bus sri lankais est une expérience pour seulement quelques centimes d’euros le trajet (100 km coûte environ 1€…). Musique sri lankaise à fond la caisse, guirlandes électriques à l’avant du bus ornant les icônes religieuses et tous les froufrous qui vont avec… Sans oublier, les chauffeurs de bus qui roulent comme des dératés. Et enfin, un maximum d’aération avec les fenêtres ouvertes pour mieux ‘’bouffer’’ de la poussière… Résultat, nous sommes tous noirs.

Après 2 petites heures de bus, on s’arrête donc à Dambulla, un monastère composé 5 grottes en haut d’une colline datant du 1er siècle avt. JC et accueille 157 représentations de Bouddha. Les peintures murales recouvrant le plafond des temples sont justes superbes et incroyablement bien conservées.

On reprend ensuite le bus en direction de Sigiriya. On nous lâche à nouveau sur le bord de la route et posons nos affaires dans une petite guesthouse avec vue sur le fameux rocher (370 m de haut) aux parois abruptes  qui sort de nulle part et domine la jungle. Quelques ruines d’une citadelle subsistent en haut du rocher.

Le panorama est magnifique mais on déchante un peu lorsqu’on apprend le prix du ticket d’entrée… 30$ par personne ! Encore l’année dernière, il existait un billet forfaitaire à 50$ pour visiter les 3 plus gros sites culturels du Sri Lanka mais celui-ci n’existe plus, maintenant, il faut sortir entre 25 et 30$ par site et par personne. Ça nous calme un peu… Seb m’attendra en bas pendant que j’irai visiter seule le rocher.

La visite commence par les jardins royaux qui se composent de jardins d’eau, jardins de pierres et jardins en terrasses. Puis, il faut emprunter une série d’escaliers en colimaçon menant à une galerie aménagée dans la paroi rocheuse où il est possible d’admirer de superbes fresques : les Demoiselles de Sigiriya à moitié dénudées. Elles sembleraient dater du Vème siècle, elles sont magnifiques surtout avec la lumière du coucher du soleil. Puis, direction  »mur du miroir » où un guide me montre quelques écritures en cinghalais sur un mur dont certains dateraient de plusieurs siècles.  J’arrive ensuite aux fameuses pattes du Lion (elles ont donné le nom au rocher) où autrefois, un gigantesque lion en brique devait être assis à l’extrémité du rocher.  J’enfile une tenue d’apiculteur pour faire l’ascension du rocher, quelques essaims de guêpes se sont installées sur la paroi du rocher et attaquent régulièrement les visiteurs lors de leur montée… Et me voilà, tout en haut ! La vue est très jolie mais il ne reste plus grand-chose, seulement quelques ruines.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Kandy

4 Juil

Transit à KL

Après un court stop over d’une journée à KL où nous en profitons pour aller visiter la mosquée nationale qui peut accueillir jusqu’à 15 000 fidèles (mais malheureusement fermée à l’heure de notre passage) et les tours Petronas que nous n’avions pu faire lors de notre premier arrêt.

L’arrivée au Sri Lanka

Nous voilà en route pour notre dernier pays le Sri Lanka et une première journée épique. Après un réveil à 3h du matin pour prendre l’avion, l’arrivée aux douanes est un peu plus compliquée que prévue. Notre visa électronique ne semble pas activé alors que nous avions bien reçu la confirmation par mail de sa validité pour 30 jours. On nous demande du bakchich au comptoir des douanes. Nous refusons de payer mais sortons malgré tout de l’aéroport en règle.

Entre temps, pendant que Seb se renseigne d’ores et déjà sur le transit de nos bagages lors de notre vol retour pour éviter de payer un visa lors de notre stop over en Inde, je me fais gentiment interroger par les jeunes policiers Sri Lankais au départ du Terminal. Ils viennent voir moi en remontant leur badge et le sourire jusqu’aux oreilles. Les questions posées : Ta nationalité ? Tu fais quoi à attendre ? T’es seule ? T’as quel âge ? Et ton métier ? Tu gagnes combien ? Bref, à mourir de rire… Ça n’a rien de sérieux, ils veulent juste passer le temps en ma compagnie… Et ils me font des petits coucous en partant… Énorme !

Direction, les transports publics pour rejoindre Colombo. Et là, depuis le bus, on voit la redistribution du Toblerone et cigarettes par un douanier à la sortie du Terminal… On se sent que le pays n’a pas fini de nous étonner…

S’en suit 3 trajets en bus public surbondés.  Nous voilà au département de l’Immigration à Colombo pour prolonger notre visa (grâce aussi sur le dernier trajet à la gentillesse d’une charmante Sri Lankaise qui nous amènera jusqu’au bâtiment. Temps qui s’avérera précieux par la suite).

Initialement pas prévu, notre petit périple s’est rallongé d’un mois. Je reprendrai le travail en septembre et non en août comme il l’était initialement prévu.

Le lieu est assez déroutant au début, à tous les étages ou presque, des marchands de boissons, de nourriture et autres au milieu des différents offices / services du ministère. Finalement après quelques heures d’attente (3h, finalement peu) avec une photo et environ 30$ par personne, notre visa prolongé d’un mois nous sera délivré!

Mais la journée n’est pas finie, bien qu’épuisé nous voulons quitter Colombo, la capitale et on saute dans un train en direction de Kandy. Nous embarquons en 2nde classe à bord d’un train datant certainement d’après-guerre. C’est un peu comme en Inde, le train ne roule pas trop vite, les vitres et portes grandes ouvertes. Le paysage commence à défiler sous nos yeux mais nos yeux se ferment peu à peu. Le paysage est à priori sublime, on en verra quelques bribes dans un semi sommeil.

Kandy

Le lendemain, on commence la journée par une balade autour du lac de Kandy. Tortues, varans d’eau et singes sont sur les berges. Puis, visite du fameux Temple de la Dent, où, selon la légende, il enfermerait une relique de la dent de Bouddha qui aurait été dérobée sur le bucher funéraire du Bouddha en 483 av. JC. En fait, on ne voit pas grand-chose. Il faut venir lors des cérémonies à 9h30 ou 18h30 pour voir le fameux coffret en or où elle est enfermée.

C’est à Kandy où on testera nos premiers riz curry. Mais très rapidement, nos palais commencent à s’en lasser…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Kuta Bali

30 Juin

Beaucoup de voyageurs nous ont déconseillé Kuta, le lieu le plus touristique de l’île de Bali. Finalement, ce n’est pas si terrible que çà. Certes, on est loin du petit village des années 50-60. C’est aujourd’hui un lieu bondé de bars, de discothèques, de surf shops et d’australiens, tous plus bronzés et musclés les uns que les autres mais on s’y attendait. Donc pas de déception. Puis, c’est plus pratique pour nous pour rejoindre l’aéroport de Denpasar dans 3 jours.

Durant ces 3 jours, on profite donc de la plage. C’est vrai qu’elle est plutôt belle, une longue plage de sable blanc mais où il est difficile d’être tranquille. On vient vous vendre des leçons de surf, des sarongs, lunettes, glaces, etc… Bref, la liste n’en finit plus ! Sans compter les touristes des îles voisines (Lombok et Java) qui viennent vous voir pour être pris en photo avec eux… (Surtout quand Seb me laisse sur la plage, je deviens une proie facile) Parfois difficile de refuser, ils sont tellement gentils. Ah, j’ai aussi oublié, les étudiants qui viennent discuter avec nous pour perfectionner leur anglais !

Le soir, on retrouve Sandrine & Antoine au Sky Garden une des boîtes de nuit sur Legian Street offrant des cocktails gratuits de 21h à 22h aux touristes. On n’en ratera pas un 😉

En étant à Kuta, la Mecque des surfeurs, impossible de passer à côté. On fera une initiation d’une heure, juste le temps de savoir monter sur la long board. Et ça nous suffira ! On revient HS et brulés au ventre et aux genoux ! Mais on est prêt à recommencer.

Il est temps pour nous de nous envoler pour Kuala Lumpur et rejoindre notre dernier pays, le Sri Lanka. Une nouvelle fois un peu triste de quitter un pays… Les indonésiens sont tellement gentils. Bref, on reviendra, il y a encore pas mal d’endroits qu’on n’a pas eu le temps de visiter !

Ce diaporama nécessite JavaScript.