Archive | mars, 2012

Trek à Chiang Mai

30 Mar

Le lendemain, il est temps pour nous de faire le trekking (2 jours) que nous avons réservé la vieille à seulement 35€/par pax. Après tout ce que nous avons entendu sur les treks dans la région (souvent décevants), nous n’avons pas d’attentes particulières. Nous savons d’ores et déjà que nous serons une quinzaine de touristes sur les sentiers.

Nous commençons par une mini chute d’eau, puis une randonnée de 3h en plein cagnard (pfff…) On arrivera au village complétement déshydratés en fin d’après-midi. Depuis notre maison sur pilotis, la vue est superbe malgré les feux qui se propagent sur les montagnes (culture sur brulis). On fait connaissance avec le groupe autour du feu et quelques bières. Les enfants de village nous rejoignent après le diner et nous chantent quelques chansons traditionnelles avant de nous sauter dessus et de nous demander de les prendre en photo avec nous. Nous passons la nuit en dortoir sous moustiquaires, le lit n’est pas très confortable (une planche de bois avec un pseudo matelas en mousse) mais ce n’est pour qu’une nuit. Le lendemain, nous rentrons en direction de Chiang Mai, sur le passage, nous nous arrêtons à une cascade où j’en profite pour me baigner (Seb & Julie n’auront pas le courage, un peu trop fraîche ;)). Puis, nous faisons une petite heure de rafting et bamboo rafting sur la rivière. Enfin, nous ferons notre dernier arrêt à l’éléphant camp pour un ride d’une heure.  On s’assoira directement sur la tête de l’éléphant. Un peu flippant lorsque le terrain est dénivelé.

Au final, nous sommes agréablement surpris par le tour : pas trop de touristes sur les sentiers et un bon contact avec les populations locales. On s’attendait vraiment à pire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Chiang Mai, la « ville nouvelle »

29 Mar

Nous arrivons en fin d’après-midi à Chiang Mai. Un tuktuk nous emmène à une guesthouse pas trop chère mais sans charme. Nous ne faisons pas les difficiles, nous aviserons le lendemain si nous restons ou pas. Après un réveil par les fourmis rouges (une quarantaine dans mon lit) et du forcing pour nous vendre un trek à 110€ en nous précisant : « Vous voyagez alors vous avez de l’argent !!! « (Arghh !) nous décidons de partir. Nous faisons bien, nous trouvons mieux ailleurs et moins cher dans la vieille ville à l’intérieur des remparts !

Dès l’aube, nous commençons par sillonner les rues de la vieille ville, on s’arrête à certains temples (pas tous car il y en a environ 350) mais notamment le célèbre Wat Phra Sing, fondé au XIVème siècle. Il est magnifique, sa façade est ornée de jolies fresques dorées et est doté d’un  bouddha entouré de mini bouddhas.

Puis, nous visitons le Wat Chedi Luang, le deuxième plus important temple de Chiang Mai.

L’après-midi, nous nous laissons tenter par une visite au Tiger Kingdom. Nous sommes à la fois excités et effrayés de s’approcher de ces petites bêtes (surtout lorsque vous signez la décharge en arrivant).  Quelques consignes de sécurité à respecter : ne pas être près des pattes avant, ne pas toucher la tête, ne pas jouer avec, etc. Nous sommes fans!

Le dimanche soir, nous faisons un tour au marché nocturne. Il y a beaucoup de monde mais l’ambiance est géniale. Beaucoup d’artisanat et surtout de nombreux stands de cuisine thaï. Un régal pour nos papilles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Deux anciennes capitales royales de la Thaïlande du Nord

27 Mar

Sur le trajet qui nous amène à Chiang Mai au Nord de la Thaïlande, nous nous arrêtons à Ayutthaya et Sukhothaï qui étaient deux des trois anciennes capitales royales. Cités classées au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1991.

Ayutthaya

Notre mini bus (réservé auprès d’une agence de Khaosan road) parcoure les principales ruines de la cité (environ 15 km²). Son histoire en trois lignes : elle fut fondée vers 1350, elle devint la deuxième capitale du Siam (Thailande) après Sukhothaï. De 1351 à 1767, 36 rois se sont succédés. Aujourd’hui, il ne reste plus que les ruines de quelques temples et palais, Ayutthaya ayant été complètement saccagée par les Birmans en 1767. elle est particulièrement connue pour ses temples à bouddha sans têtes. On ne passera pas à côté de la célèbre tête de Buddha sertie dans les racines d’un arbre du temple. Celle-ci a été sauvée des assaillants par les habitants d’Ayutthaya et déposée plus tard au creux d’un arbre.

Depuis Ayutthaya, nous prenons ensuite un bus pour rejoindre Sukhothaï. Nous y arrivons en début de soirée  et nous nous rejoignons une charmante guesthouse avec piscine (4T Guesthouse) dans la nouvelle ville à 12 km du parc historique. Nous posons nos affaires illico et nous nous rendons au night market. Malheureusement, il est déjà quasi 10h et les stands ferment. Nous choisirons un stand au bord de la route. Pad Thaï pour Julie & Seb et Tom Yam pour moi

Sukhothaï dit  »l’Angkor Thailandais »

Étant à 12km de la ville et pressé par le temps, nous louons directement un tuktuk depuis l’hôtel. Un peu plus cher que le bus local et location de vélo mais cela nous permet de faire la cité dans la matinée et repartir pour Chiang Mai en milieu d’après-midi.

Pour ce qui est de l’histoire, Sukhothaï est la première capitale du Siam (Thaïlande) fondée en 1238 et mettant fin au règne khmer d’Angkor Wat. Sukhothaï a été inscrite  au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1991.

Après avoir visité Angkor Wat, il y a quelques années, on ne pensait pas retrouver une si jolie cité en Thaïlande. Certes bien plus petite mais elle vaut la peine d’être visitée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bangkok

24 Mar

A l’aéroport de Bangkok, nous récupérons la petite sœur de Seb, Julie. Nous sommes hyper impatients de la retrouver, histoire de casser la routine à deux. (Eh oui, pas tous les jours facile de voyager en couple 24/24h et 7/7j).

Cette fois-ci, nous apprécions davantage Bangkok, l’air est moins humide et pollué, c’est beaucoup plus agréable de se balader dans la ville comparé à il y a 5 ans en plein mois de juillet.

Nous avons l’impression que  la ville a un peu changé : moins de tuktuks et food street market. On se faisait une joie d’aller au Suan Lum Night Bazaar près du stadium Lumpini, celui-ci a été fermé. A la place, nous allons au Chatuchak weekend market.  On se refait avec plaisir les temples : Wat Phra Kaew & Grand Palace, Wat Pho (le bouddha géant allongé) et Wat Arun. Puis, on se rebalade à nouveau dans Chinatown, Patpong, Siam Square, Khao San Road, etc…

Un grand merci à Jean-Philippe B. pour m’avoir aidé à réparer mon ordi à distance… Plusieurs heures passées sur le net à le réparer. (Tellement forte que j’avais verrouillé mon disque dur. Plus d’accès mes documents : photos, etc. 😦 ).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Boracay, le Saint-Tropez des Philippines

14 Mar

Comme la plupart des touristes ici, nous allons en direction de la fameuse « White Beach », une plage de sable blanc de 4km de long considérée comme l’une des plus belles au monde (jolie mais tant que ça?) mais aussi très touristique. De nombreux bars, restaurants, hôtels, boutiques bordent le bord de plage.

La plage est divisée en 3 zones. La zone 1 au nord regroupe tous les hôtels de luxe, la zone 2, un peu plus au centre est l’endroit où l’activité est la plus intense tandis que la zone 3 où nous décidons d’héberger est plus beaucoup plus calme. On s’installe au Sundown resort, un petit hôtel donnant directement sur la plage.

A Boracay, nous avons la possibilité de refaire de la plongée, excursions en mer, planche à voile, kytesurf, balades à cheval, bronzer sous le soleil des tropiques… Finalement, on ne fera que du farniente, massages et joggings sur la plage.

Seb fera un tour à la plage de Bulabog, sur la côte est de l’île de Boracay, c’est à cet endroit que les amateurs de kyte et planche à voile se donnent rendez-vous étant donné que cette côte est un peu plus ventée.

Quelques petits regrets… Une semaine passée à Boracay sans vraiment profiter des activités qui nous sont proposées. C’est un peu frustrant mais le budget oblige. Le temps passe alors parfois lentement mais on en profite aussi pour organiser la suite du voyage et de recharger les batteries avant d’arriver à Bangkok. Nous aurions aimé en faire davantage aux Philippines : Banaue Rice Terraces, l’île de Palawan, Whale Shark (c’était la saison), etc… Mais définitivement, on reviendra 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Scuba Diving à Bohol

7 Mar

Sur les conseils de Jérôme et Maryline, nous décidons de partir aux Philippines une quinzaine de jours avant de rejoindre Julie, la sœur de Seb à Bangkok.

Tout se goupille plutôt bien depuis Singapour… Nous arrivons à Cebu de bonne heure et nous pouvons directement prendre un ferry pour rejoindre Tagbilaran, la capitale de Bohol. Une fois sur place, un taxi nous emmène directement à Alona Beach, une plage de sable fin blanc aux eaux transparentes et cocotiers. Un vrai petit paradis 😉 La sensation d’être enfin en vacances au bout 5 mois de voyage. On s’installe ici pour une semaine.

De nombreux dive shops bordent le bord de plage, difficile de ne pas se laisser tenter pour passer son PADI… On se lance ! En 2,5 jours, c’est en poche. Et un fun dive supplémentaire jusqu’à -18m à l’île de Balicasag.

Le soir, tous les restaurants sortent leurs tables et BBQ sur la plage. On fait le plein de grillades. On mange pour 4€. Le pied !

Il est temps maintenant de visiter l’île en quelques heures. Possibilité de la parcourir en moto (on oublie ! Pas de moto pour moi, trop peur), en bus ou taxi. On optera pour le taxi.

1er arrêt : Mémorial

2ème arrêt : Église de l’Immaculée Conception, une église de pierre qui fut construite au 16ème siècle, un des plus vieux édifices des Philippines.

3ème arrêt : Visite d’une ferme de papillons et quelques photos avec Python (J’ai l’air plutôt à l’aise sur la photo mais pas dans la réalité :/ )

4ème arrêt : Les nuages se chargent, on file directement à Chocolate Hills à 55 km au nord de l’île. Ce sont des centaines de collines calcaires à perte de vue, d’environ 30m de hauteur. C’est l’une des attractions touristiques majeures à Bohol avec les tarsiers. Durant la saison sèche, ces collines virent au marron, couleur chocolat… d’où leur nom. Sur le chemin, nous passons dans une forêt artificielle d’acajou près de Bilar et Loboc.

5ème arrêt : un petit arrêt sur les berges de la rivière Loboc. Possibilité de faire une croisière jusqu’à Loay Bridge, l’embouchure de la rivière et ensuite revenir vers les chutes d’eau de Tontonan mais nous ne la ferons pas. Nous traversons ensuite une succession de petits villages, paysages de rizières, etc.

6ème : Les tarsiers. Quesako ? Ce sont de minuscules petits singes de 15 cm (sans la queue) aux yeux énormes et grands pieds. Encore une petite bête à croquer. Envie de les prendre dans les mains mais impossible, c’est une espèce protégée en voie de disparition.

On finira l’excursion en sirotant une énorme noix de coco !

Le temps se gâte davantage les jours suivants, nous choisissons donc notre destination en fonction de la météo. Nous partons pour Boracay, le Saint-Tropez des Philippines.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Singapour, le carrefour d’Asie

2 Mar

Arrivés à Singapour à 21h. Time to party@Singapour en compagnie de Jérôme et Marilyne qui nous accueillent quelques jours dans leur spacieux et nouvel appart 😉 Que de bonheur de se sentir à la maison. On ne pourra jamais assez vous remercier pour votre accueil et tous vos conseils sur la région.

Singapour…

Singapour, un étonnant mélange de cultures ! Un véritable melting-pot culturel où malais, chinois, indiens et occidentaux cohabitent ensemble. Un mélange de tradition et de modernité dans une ambiance multiethnique. Assez étonnant!

Singapour, c’est aussi la ville des interdits. A chaque interdit, son petit panneau dans la rue avec le montant de l’amende dessous. On a aussi l’impression d’être souvent sous l’œil de Big Brother par le nombre de caméras qui parsème la ville. Résultat : une ville propre et où on sent en sécurité. Bref, le ‘’pays des bisounours’’!

Notre programme :

On commence le 1er jour par la visite de Little India. C’est un peu comme si on se retrouvait en Inde, on retrouve ces senteurs épicées et d’encens, petites échoppes, musique indou etc. Seb en profite d’être dans le quartier pour se faire raser la barbe à la lame chez un barber shop. Mort de rire, il lui laisse la moustache… On lui fait vite comprendre que non, ce n’est pas possible… Nickel en sortant, il ne reste plus que les cheveux à couper! A suivre.

On en profite pour faire un petit arrêt à Sim Lin Square, un des temples de l’électronique. Ce mall rend fou ! Envie de tout acheter, beaucoup trop de gadgets… (mais avec la chutte de l’euro, finalement les prix ne sont pas bien moins cher qu’en France). On résistera même si nous nous renseignons pour un nouvel appareil photo, notre compact a lâché, il y a deux mois :/

Puis, un tour au légendaire Raffle Hotel, juste pour la photo, on ne prendra pas le fameux ‘’Singapour Sling’’ cocktail. Sur le chemin du retour, on s’arrête chez le coiffeur. Une coupe pour Seb pour la modique somme de 4€. Et plutôt réussie ! De retour au condo (appart), c’est une soirée wine  & cheese qui nous attend… On surkiffe ! Un bon camembert !

Dimanche matin, nous nous joignons à l’équipe de sportifs pour un petit footing dans un des parcs de la ville. On en bave un peu, courir avec 30°C et un taux d’humidité à 70%, ça élimine les toxines de la veille ! Comme toujours, on se dit qu’il faudrait remettre ça plus souvent…

Le lendemain, nous visitons Chinatown, le quartier traditionnel chinois de la ville. On ne manquera pas le Thian Hock Keng, le plus ancien temple Hokkien à Singapour. Nous continuons notre chemin en faisant un tour sur Orchad Road, le Beverly Hills de Singapour. On craquera finalement pour un nouveau compact.

Il est temps pour nous de rejoindre les Philippines. Singapour marque aussi le mi-chemin de notre tour du monde…

Ce diaporama nécessite JavaScript.